Quel est le mode d’élection du président américain ?

Le suffrage universel indirect

Le président des Etats-Unis est le président de tous les citoyens américains : il est élu au suffrage universel.

Les citoyens votent pour des grands électeurs qui eux-mêmes élisent le président : il est élu au suffrage universel indirect. Le candidat qui remporte la majorité des grands électeurs est élu Président.

Pour être candidat à la présidence, il faut être âgé de plus de 35 ans, être citoyen des Etats-Unis à la naissance et avoir résidé aux États-Unis pendant au moins 14 ans. Un candidat ayant déjà été deux fois président dans le passé, ne peut être candidat pour être président une troisième fois.

Bureau de vote

Les grands électeurs

Les grands électeurs se présentent aux urnes, au niveau de chacun des 50 Etats, en affichant quel candidat ils soutiennent pour la présidence des Etats-Unis. L'élection présidentielle - grands électeurs, puis président - a lieu tous les quatre ans. Le vote pour les grands électeurs est fixé au mardi suivant le premier lundi du mois de novembre. Ainsi, pour l’élection présidentielle de 2012, le vote se déroule le mardi 6 novembre. Les résultats sont donnés au niveau de chacun des 50 Etats. Les voix sont ensuite comptées officiellement au niveau de l’Etat fédéral devant une session jointe du Congrès début janvier. C’est ainsi que s’écoulent 2 mois ½ entre le moment du vote des citoyens et l’intronisation officielle du président élu, fixée au 20 janvier.

De fait, le nom du candidat vainqueur de l’élection présidentielle est connu dès le vote de novembre, en faisant le décompte du nombre de grands électeurs par Etat qu’obtient chaque candidat. Le collège électoral comprend 538 grands électeurs ; pour être président, il faut obtenir la majorité absolue, soit 270 grands électeurs. S’il n’y a pas de majorité absolue qui se dégage, c’est la Chambre des représentants des Etats-Unis qui élit le président. Cela n’est arrivé que deux fois, au début du XIXe siècle.

Grands Electeurs

Le « système du tout au vainqueur »

Le candidat qui remporte la majorité des grands électeurs dans un Etat remporte tous les grands électeurs de cet Etat. Et comme le nombre de grands électeurs varie selon la taille de l’Etat, certains Etats sont plus « stratégiques » que d’autres. En effet, à chacun des 50 États correspond un nombre de grands électeurs en fonction de sa population : un minimum de 3 pour les Etats les moins peuplés comme le Montana ou le Vermont, mais qui peut monter jusqu’à 55 grands électeurs pour la Californie, Etat le plus peuplé devant le Texas (34 grands électeurs), New York (31) et la Floride (27).

C’est ce qui explique la disparité entre les résultats populaires (le vote des citoyens pour désigner les grands électeurs) et les résultats des grands électeurs. Lors de l’élection présidentielle de 1972, le candidat républicain Richard Nixon a été élu avec plus de 95 % des voix des grands électeurs mais avait emporté 60 % des voix populaires. En 2000, le candidat républicain George Bush a remporté la majorité absolue des grands électeurs, mais non celle des voix populaires (500 000 voix de plus pour son rival, le candidat démocrate Al Gore).

Investiture du president americain devant le Congrès

Les élections primaires et le bipartisme

Au mode d’élection électoral établi par la constitution des Etats-Unis, s’ajoute les « élections primaires ». Il s’agit d’un processus de sélection des candidats lié à la domination de deux partis sur la vie politique américaine, le parti démocrate et le parti républicain. Chaque parti choisit « son » candidat lors d’élections primaires, qui démarrent dès le mois de février de l’année de l’élection pour aboutir avant l’été. Au niveau de chacun des 50 Etats, les partis désignent les grands électeurs qui soutiendront leur candidat.

Très rares sont les candidats indépendants ou portés par de « petits partis » qui peuvent s’imposer dans l’élection présidentielle : manque de puissance financière et en nombre d’adhérents nécessaire pour être présent dans les 50 Etats où se joue l’élection des grands électeurs ; un mode de scrutin majoritaire (celui qui a la majorité des grands électeurs dans un Etat remporte l’ensemble des grands électeurs de l’Etat) qui favorise l’élimination des petits candidats.

Depuis 1848, chacune des élections présidentielles a été remportée par le candidat soit du parti démocrate soit du parti républicain. Mais les petits partis, présents dans la vie politique au niveau des Etats, peuvent peser sur l’issue des votes Etat par Etat. Ainsi lors de l’élection présidentielle de 2000 où le démocrate Al Gore aurait pu remporter l’Etat « stratégique » de Floride avec ses 27 grands électeurs : il lui manquait 1500 voix face à George Bush, les votes « verts » ne se sont pas portés sur les grands électeurs soutenant Al Gore mais ont été aspirés par ceux soutenant le candidat du parti vert Ralph Nader qui y a obtenu plus de 2,8 millions de voix … George Bush a remporté l’Etat de Floride puis la présidentielle avec la majorité des grands électeurs au niveau fédéral.

Une petite dizaine de candidats de petits partis ou indépendants se présentent en 2012, comme Gary Johnson pour le parti libertarien et Jill Stein pour le parti vert, aux côtés des candidats démocrate (Barack Obama) et républicain (Mitt Romney). Pour exister politiquement, certains représentants de petits partis n’hésitent pas à concourir aux primaires de l’un des deux grands partis, Cynthia McKinney (vert) à la primaire démocrate en 2008 et Ron Paul (libertarien) à la primaire républicaine en 2012.

L'Ane et l'elephant, symboles des partis democrate et republicains