Comment on s’en protège ?

Les moyens de protections

Pour éviter la contamination par le VIH lors des rapports sexuels, l’utilisation des préservatifs est indispensable. Cette protection doit être maintenue tant qu’une relation stable et durable n’est pas engagée et que les deux partenaires n’ont pas fait chacun un test de dépistage. Une fois que l’abandon de l’utilisation du préservatif est possible et qu’il est décidé par un couple, le risque de contamination subsiste si des rapports sexuels ont lieu sans protection avec d’autres partenaires. Le préservatif masculin est une gaine très fine en latex le plus souvent, qui est mise et déroulée sur le pénis en érection et le recouvre totalement. Il existe également des préservatifs en polyuréthane utilisables en cas d’allergie au latex.

En vente depuis le début des années 1990 dans plusieurs pays européens et aux Etats-Unis, le préservatif féminin est disponible en France depuis l'an 2000. Il est en polyuréthane, sans latex, utilisable avec des lubrifiants, il peut rester en place longtemps avant et après le rapport. Ce nouveau moyen de contraception protège également des maladies sexuellement transmissibles mais demande une bonne connaissance de son corps.

En cas d’usage de drogue par voie intraveineuse

Le meilleur moyen de protection est l’utilisation systématique, pour chaque injection, de matériel de préparation neuf et d’une seringue stérile neuve. La réduction des risques liés aux usages de drogues par voie intraveineuse est facilitée par la vente libre de seringues et de trousses de prévention en pharmacie et par la distribution gratuite de matériel d’injection par les associations menant des actions de prévention.

illu-protection-3